En France seuls 20% environ des chats sont identifiés. Il en résulte une grande difficulté pour retrouver les propriétaires des chats perdus ou fugueurs.Certains vont errer plusieurs semaines,des particuliers en recueilleront quelques uns , d'autres seront récupérés par des fourrières animales .Pendant ce  temps des maîtres inconsolables se démènent pour essayer, souvent en vain de retrouver leur cher compagnon.

Comment agir dans l'intérêt de notre animal ?

Les chats de plus de 7 mois nés après le 1er janvier 2012 doivent  être identifiés, comme le précise une loi du 17 mai 2011.

Un chat qui circule librement peut être capturé par la fourrière. S’il ne possède ni tatouage, ni puce électronique, il sera considéré comme un chat errant et pourra être euthanasié.Identifier votre chat, c’est augmenter vos chances de le retrouver s’il vient à disparaître.

Notez que la puce électronique est obligatoiresi vous souhaitez circuler en Europe avec votre chat.

Si vous hésitez entre les deux procédés d’identification, choisissez la puce électronique. De la taille d’un grain de riz, elle est placée par le vétérinaire sous la peau du chat au niveau du cou. C’est rapide et quasiment sans douleur.

Les informations présentes sur la puce électronique peuvent être lues grâce à un outil spécial, disponible chez les vétérinaires, dans les fourrières, les refuges animaliers et les bureaux de police.

Pour tatouer un animal, il faut pratiquer une anesthésie générale. Il n’a pas une durée de vie illimitée, contrairement à la puce électronique, les chiffres étant de moins en moins lisibles au fil des années. Autre avantage de la puce électronique, elle est infalsifiableet le fichier constitué est mondial.

Puce électronique ou tatouage ?

Si votre chat est identifié, vous serez contacté, si votre chat est récupéré par un vétérinaire après un accident, s’il est à la fourrière, ou tout autre endroit où il est possible de lire une puce électronique ou un tatouage.Identifier votre chat avec une puce électronique, c’est le protéger et c’est vous protéger. Pourtant, sur plus de 12 millions de chats domestiques en France, seulement 2 millions sont identifiés.

La divagation des animaux

textes de loi

 Il est interdit de laisser divaguer un animal domestique(article L. 211-19-1 du Code rural).

Le chat est considéré comme en état de divagation lorsqu'il est trouvé à plus de mille mètres du domicile de son maître et qu'il n'est pas sous la surveillance immédiate de celui-ci. De même, le chat non identifié trouvé à plus de deux cent mètres des habitations ou dont le propriétaire n'est pas connu et qui est saisi sur la voie publique ou sur la propriété d'autrui est considéré comme en état de divagation (article L. 211-23 du Code rural).

Lorsqu'un animal est trouvé en divagation sur la voie publique, il doit être conduit à la fourrière animale du lieu où il a été trouvé. La fourrière doit alors prévenir son propriétaire, qui dispose d'un délai de 8 jours ouvrés pour venir le chercher (article L. 211-24 du Code rural).

L'animal n'est restitué à son propriétaire qu'après paiement des frais de fourrière.A la fin de ce délai, si l'animal n'est pas réclamé par son propriétaire, il est considéré comme abandonné et une association de protection animale peut le proposer à l'adoption à un nouveau propriétaire (article L. 211-25 du Code rural).Lorsque l'animal se trouvant en situation de divagation a été blessé ou tué, son propriétaire peut être poursuivi pour divagation :

Article L. 211-22 du Code rural

Les maires prennent toutes dispositions propres à empêcher la divagation des chiens et des chats. Ils peuvent ordonner que ces animaux soient tenus en laisse et que les chiens soient muselés. Ils prescrivent que les chiens et les chats errants et tous ceux qui seraient saisis sur le territoire de la commune sont conduits à la fourrière, où ils sont gardés pendant les délais fixés aux articles L. 211-25 et L. 211-26.

Les propriétaires, locataires, fermiers ou métayers peuvent saisir ou faire saisir par un agent de la force publique, dans les propriétés dont ils ont l'usage, les chiens et les chats que leurs maîtres laissent divaguer. Les animaux saisis sont conduits à la fourrière. Un décret en Conseil d'Etat détermine les modalités d'application du présent article.

Article L. 211-24 du Code rural

Chaque commune doit disposer soit d'une fourrière communale apte à l'accueil et à la garde des chiens et chats trouvés errants ou en état de divagation jusqu'au terme des délais fixés aux articles L. 211-25 et L. 211-26, soit du service d'une fourrière établie sur le territoire d'une autre commune, avec l'accord de cette commune. Chaque fourrière doit avoir une capacité adaptée aux besoins de chacune des communes pour lesquelles elle assure le service d'accueil des animaux en application du présent code. La capacité de chaque fourrière est constatée par arrêté du maire de la commune où elle est installée. La surveillance dans la fourrière des maladies réputées contagieuses au titre de l'article L. 221-1 est assurée par un vétérinaire titulaire du mandat sanitaire instauré par l'article L. 221-11, désigné par le gestionnaire de la fourrière.

La rémunération de cette surveillance sanitaire est prévue conformément aux dispositions du troisième alinéa de l'article L. 221-11. Les animaux ne peuvent être restitués à leur propriétaire qu'après paiement des frais de fourrière. En cas de non-paiement, le propriétaire est passible d'une amende forfaitaire dont les modalités sont définies par décret.

Article L. 211-25 du Code rural

I. Lorsque les chiens et les chats accueillis dans la fourrière sont identifiés conformément à l'article L. 212-10 ou par le port d'un collier où figurent le nom et l'adresse de leur maître, le gestionnaire de la fourrière recherche, dans les plus brefs délais, le propriétaire de l'animal. Dans les départements officiellement déclarés infectés par la rage, seuls les animaux vaccinés contre la rage peuvent être rendus à leur propriétaire. A l'issue d'un délai franc de garde de huit jours ouvrés, si l'animal n'a pas été réclamé par son propriétaire, il est considéré comme abandonné et devient la propriété du gestionnaire de la fourrière, qui peut en disposer dans les conditions définies ci-après.

I. Dans les départements indemnes de rage, le gestionnaire de la fourrière peut garder les animaux dans la limite de la capacité d'accueil de la fourrière. Après avis d'un vétérinaire, le gestionnaire peut céder les animaux à titre gratuit à des fondations ou des associations de protection des animaux disposant d'un refuge qui, seules, sont habilitées à proposer les animaux à l'adoption à un nouveau propriétaire. Ce don ne peut intervenir que si le bénéficiaire s'engage à respecter les exigences liées à la surveillance vétérinaire de l'animal, dont les modalités et la durée sont fixées par arrêté du ministre chargé de l'agriculture. Après l'expiration du délai de garde, si le vétérinaire en constate la nécessité, il procède à l'euthanasie de l'animal. III. Dans les départements officiellement déclarés infectés de rage, il est procédé à l'euthanasie des animaux non remis à leur propriétaire à l'issue du délai de garde.

Article L. 211-26 du Code de l'environnement

. Dans les départements indemnes de rage, lorsque les chiens et les chats accueillis dans la fourrière ne sont pas identifiés, les animaux sont gardés pendant un délai franc de huit jours ouvrés. L'animal ne peut être remis à son propriétaire qu'après avoir été identifié conformément à l'article L. 212-10.

Les frais de l'identification sont à la charge du propriétaire.Si, à l'issue de ce délai, l'animal n'a pas été réclamé par son propriétaire, il est considéré comme abandonné et devient la propriété du gestionnaire de la fourrière, qui peut en disposer dans les mêmes conditions que celles mentionnées au II de l'article L. 211-25.

II. Dans les départements officiellement déclarés infectés de rage, il est procédé à l'euthanasie des chiens et des chats